recouvrement des impayes

Factures impayées : faites comme les Impôts pour parvenir à vos fins !

Posted by
Partager cet article

Vous ouvrez votre boîte aux lettres ou votre boîte e-mail et là, vous avez la (mauvaise) surprise

de découvrir un courrier de l’administration fiscale : les impôts !

Rien de tel pour mal démarrer la journée.

Nous avons beau savoir que nous ne pourrons pas leur échapper, beau connaître les périodes

auxquelles ils nous sollicitent, rien n’y fait :

À chaque fois qu’ils nous donnent de leurs nouvelles, nous sommes envahis d’une double sensation : la crainte et l’écœurement.

Mais que me veulent-ils encore ?

Est-ce un nouvel impôt ?

Ai-je oublié de les payer ?

Vais-je devoir raquer encore plus cette année ?

Quel que soit votre ressenti à l’égard de l’administration fiscale, il faut bien leur reconnaître une certaine efficacité :

Ils ne vous oublient jamais, vous relancent toujours en temps et en heure et ne pardonnent aucun écart ou retard de paiement.

Ce ne sont pas des gens avec qui l’on a envie de plaisanter !

Mais pourquoi donc suis-je en train de vous parler des Impôts ?

Eh bien, vous l’avez sûrement deviné :

Parce qu’en tant que créancier, et si vous avez des impayés clients, vous pouvez vous inspirer de leur stratégie pour maximiser vos chances d’être payé.

Quelle est la méthode employée par les Impôts, leur secret pour parvenir à leur fin ?

Elle est très simple et repose sur deux axes :

👉 Ils n’attendent jamais pour vous réclamer l’argent que vous leur devez.

👉 Ils mettent leurs menaces à exécution.

Et ça, tout le monde le sait !

Le problème, et peut-être allez-vous vous reconnaître dans mes propos, c’est que beaucoup d’entreprises ayant des impayés n’appliquent pas la méthode bien rodée des Impôts.

Exemples d’erreurs typiques et que j’ai pu voir un nombre incalculable de fois :

❌ Une entreprise a une facture impayée et ne la relance que 3 mois après son échéance.

❌ Une entreprise menace un client en retard de paiement de lancer une injonction de payer à son encontre s’il n’a pas payé avant le 15 du mois et arrivé au 30, il n’a toujours pas mis sa menace à exécution.

Si vous agissez ainsi, voici ce que se dit le mauvais payeur :

« Eux, ils ne sont pas organisés. Ils ne sont pas sérieux. Rien ne presse. Pas la peine de les payer, ils ne sont pas bien dangereux. »

Mais si à l’inverse vous relancez vos impayés 3 jours après l’échéance de votre facture (voire même avant) et que vous mettez vos menaces à exécution, vos clients en retard de paiement penseront :

« Eux, ils ne plaisantent pas. Je crois que l’on ferait mieux de les payer. »

Je caricature un peu, bien entendu, mais cela marche comme ça.

Un mauvais payeur paiera en priorité le créancier le plus déterminé et le mieux organisé dans son processus de relance.

Quant aux autres…

Si vous n’avez pas encore adopté une stratégie globale et bien ficelée en termes de recouvrement de vos impayés, je ne peux que vous inviter à le faire le plus rapidement possible.

Comment faire ?

👉 Soit vous le faites tout seul, en tâtonnant et en expérimentant, méthode longue et hasardeuse.

👉 Soit vous vous appuyez sur l’expérience d’un professionnel en la matière (votre serviteur !).

Si vous optez pour la seconde option, plus efficace et plus rapide, la formation vidéo Le Recouvrement de Créances pour les Nuls est faite pour vous.

Vous y apprendrez les basiques d’une bonne stratégie de recouvrement durable et pertinente.

Les mauvais payeurs ne passeront plus entre les mailles du filet et votre trésorerie s’en portera beaucoup mieux !

Pour en savoir plus, cliquez ici !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.